Download E-books Écrits sur l'art : L'Art moderne ; Certains ; Trois Primitifs PDF

By Joris-Karl Huysmans

Huysmans a publié trois ouvrages de critique d'art: L'Art moderne (1883), Certains (1889) et Trois Primitifs (1905), composés à partir d'articles parus dans los angeles presse. Après s'être essayé, dans L'Art moderne, au compte rendu de los angeles visite des salons officiels et des expositions impressionnistes, il suggest, dans Certains, l'inventaire de ses goûts personnels, en s'attachant à l'étude de peintres - Pierre Puvis de Chavannes, Gustave Moreau, Odilon Redon, Félicien Rops... - et de thèmes particuliers: "Le fer", "Le monstre", and so forth. Dans Trois Primitifs, enfin, il s'attarde sur des artistes jusque-là négligés: constitué d'une monographie de Mathias Grünewald et du récit de l. a. visite de l'Institut Staedel de Francfort, ce texte apparaît comme un retour sur l'origine même de son intérêt pour les arts plastiques. Souvent ironiques et pleins de verve - Il peint à l. a. bile, comme d'autres à l. a. gouache, à l'encaustique ou au pastel écrivait Charles Maurras -, ces écrits présentent un double intérêt: outre qu'on y découvre les peintres de prédilection de Huysmans, de Degas à Caillebotte, en passant par Renoir, Monet et Hokusai, ils éclairent aussi, par ricochet, les romans de l'auteur et l. a. fonction singulière qu'y assument les œuvres d'art.

Show description

Read Online or Download Écrits sur l'art : L'Art moderne ; Certains ; Trois Primitifs PDF

Similar Art books

Art and Pornography: Philosophical Essays

Paintings and Pornography offers a chain of essays which examine the inventive prestige and aesthetic size of pornographic images, motion pictures, and literature, and explores the excellence, if there's any, among pornography and erotic paintings. Is there any overlap among artwork and pornography, or are the 2 together unique?

The Colorful Apocalypse: Journeys in Outsider Art

The Reverend Howard Finster used to be twenty ft tall, suspended in darkness. Or so he seemed within the documentary movie that brought a teenaged Greg Bottoms to the well known outsider artist whose demise may aid motivate him, fourteen years later, to go back and forth the rustic. starting in Georgia with a visit to Finster’s well-known Paradise Gardens, his journey—of which the colourful Apocalypse is a masterly chronicle—is an exceptional look at the lives and visionary works of a few of Finster’s contemporaries: the self-taught evangelical artists whose ideals and oeuvres occupy the grey quarter among insanity and Christian ecstasy.

Semblance and Event: Activist Philosophy and the Occurrent Arts (Technologies of Lived Abstraction)

Occasions are regularly passing; to adventure an occasion is to event the passing. yet how can we understand an adventure that encompasses the just-was and the is-about-to-be up to what's truly current? In Semblance and occasion, Brian Massumi, drawing at the paintings of William James, Alfred North Whitehead, Gilles Deleuze, and others, develops the concept that of "semblance" on the way to procedure this query.

Dialogues With Marcel Duchamp

”Marcel Duchamp, one in all this century’s pioneer artists, moved his paintings during the retinal limitations which have been confirmed with impressionism into t box with impressionism into t box the place language, concept and imaginative and prescient act upon each other, There it replaced shape via a fancy interaction of latest psychological and actual fabrics, heralding a few of the technical, psychological and visible information to be present in newer artwork.

Extra resources for Écrits sur l'art : L'Art moderne ; Certains ; Trois Primitifs

Show sample text content

L. a. première représente un retour de chiffonniers. Le crépuscule est venu. Dans l’un de ces mélancoliques paysages qui s’étendent autour du Paris pauvre, des cheminées d’usine crachent sur un ciel livide des bouillons de suie. Trois chiffonniers retournent au gîte, accompagnés de leurs chiens. Deux se traînent péniblement, le cachemire d’osier sur le dos et le 7 en main ; le troisième les précède, courbé sous los angeles cost d’un sac. J’ai vu au Salon peu de tableaux qui m’aient aussi douloureusement et aussi délicieusement poigné. M. Raffaëlli a évoqué en moi le charme attristé des cabanes branlantes, des grêles peupliers en vedette sur ces interminables routes qui se perdent, au sortir des remparts, dans le ciel. En face de ces malheureux qui cheminent, éreintés, dans ce merveilleux et negative paysage, toute los angeles détresse des anciennes banlieues s’est levée devant moi. Voilà donc enfin une œuvre qui est vraiment belle et vraiment grande ! L’autre tableau représente deux vieux, aux mains gourdes, crevassées et salies par d’écrasants métiers. Ils se tiennent le bras, et lentement ils avancent vers nous, vêtus de haillons, coiffés d’une toque en peau de lapin, montrant de bonnes faces boucanées et embroussaillées de poils gris d’où half los angeles positive étincelle d’yeux encore vifs. Regardez-les, ils bougent et ils vivent. Il fallait un convinced braveness pour représenter ainsi, tels quels, sans enjolivement et sans nettoyage, ces deux bons hommes usés par los angeles misère, et dont les convoitises doivent se borner maintenant au pauvre canon de l. a. bouteille. Comme peinture très résistante et très crâne, faite par un homme d’un incontestable expertise, je recommande donc ces deux toiles. Elles sont naturellement placées tout en haut, alors que d’affreuses bavures, que d’abominables shops à charcuteries, des chasses passant sous un donjon, encombrent les premières loges et les rampes. M. Raffaëlli n’a european aucune médaille ni aucune mention ; eh bien, tant mieux ! cela ranime nos haines pour les jurys et pour l’École des Beaux-Arts. Beaucoup d’injustices comme celle-là, beaucoup de médailles décernées encore à des fabricants de vieux saints burlesques, des Gérôme à cent sous l. a. pose, de Christ de bois implorés par des soldats de l. a. cellular en plomb, de médiocres tableaux d’histoire, tels que les Girondins, et des journaux qui consentent à marcher de l’avant, et l’on finirait bien par démolir ces officines où l’on ne distribue, chaque année, des brevets et des secours qu’aux artisans qui ont le mieux rempli ce yet du grand artwork français : ne pas faire vivant et ne pas faire vrai ! VII M. Bastien-Lepage a évidemment, avec ses Foins de l’an dernier, inspiré à M. Lahaye l’idée de son tableau Sous les oliviers ; mais M. Lahaye s’est arrangé de telle sorte que son œuvre est restée, malgré tout, personnelle. Sous des oliviers, une femme vêtue de gris perle, avec un fichu d’un bleu tendre autour du cou et de séduisants bas bleus dans des souliers assortis à l. a. gown, rit à belles dents des balivernes que lui conte un monsieur étendu derrière elle et fumant une cigarette.

Rated 4.19 of 5 – based on 25 votes
Category: Art